Mallorca: Information touristique | Mallorca.fr

Le Nord de Majorque

Des roches calcaires escarpées, une nature sauvage, des étendues à perte de vue: la côte Nord de Majorque est d’une beauté ensorcellante. Vous en reviendrez magnétisé!

1) Zigzaguer dans les montagnes
La route pour accéder au Cap Formentor serpente à travers et vers le Nord de la montagne. Cette traversée de 18 kilomètres est l’oeuvre de l’ingénieur italien Antonio Paretti, également à l’origine de la spectaculaire route de „Sa Calobra“ (couleuvre) sur la côte Ouest. A l’issue de ce parcours tout en virages, vous atteindrez le phare de l’île, qui la surplombe depuis 1862. Par temps dégagé, cette vue vous offre la possibilité d’apercevoir à l’Ouest Cala Figuera, à l’Est Menorca et au Sud Alcudia. Il est n’est pas recommandé aux personnes ayant le vertige de baisser les yeux, la falaise étant à 300 mètres d’altitude. Conseil: emportez un coupe-vent, le vent y souffle constamment. Sur le chemin du retour, faites une pause café dans l’hôtel antique Formentor: l’établissement de luxe, qui a ouvert ses portes en 1929, est un édifice remarquable.

2) Hisser les voiles

Les baies de Pollenca et d’Alcudia sont un paradis pour les sportifs aquatiques. Tout premièrement parce que les conditions de vent y sont idéales pour les surfeurs et pour les vacanciers. Et puis également car les deux Bahias sont restées remarquablement bien conservées: la baie de Pollenca se situe entre les presqu’îles de Formentor et de Sa Victoria tandis que la baie de Alcudia entre celles de Sa Victoria et du Llevant. Conseil pour la pause du midi: ville de Port de Pollenca. Le long de la promenade se trouvent quelques bars, restaurants et cafés sympathiques. La célèbre auteure de romans policiers Agatha Christie y a passé durant l’année 1929 quelques semaines et l’a ensuite choisi comme cadre pour son histoire d’amour „Problem at Pollensa Bay“. L’homme d’état Winston Churchill et le milliardaire Aristoteles Onassis y ont également séjournés.

3) Rêvasser dans une Finca
Dans le Nord la vie privée est percue comme étant sacrée. Vous pouvez louer une Finca au milieu de la nature, confortable et ainsi vous isoler avec goût du monde. Le choix entre les établissements exclusifs est grand. Un exemple: l’hôtel de luxe „Son Brull“. Cet ancien monastére jésuite a été converti avec tact en un hôtel de luxe avant-gardiste. L’établissement aux cinq étoiles propose un spa, un restaurant gourmet et un bar, qui est à deux pas du golf de Pollenca.

4) Golfer les pieds presque dans l’eau

Ouvert en 2003, le terrain d’Alcananda est l’un des golfs les plus prisés de l’île. Sur les 18 trous proposés, 16 sont avec vue de rêve sur la mer et la baie de Alcudia. Le design de Robert Trent Jones Senior et Junior demande en plus un certain travail intellectuel aux joueurs. La disposition du golf est en effet censée refléter les vagues de la mer. Il ne risque d’ailleurs pas de manquer d’eau à l’Alcanada: son directeur a été l’un des premiers sur l’île a opté pour la variété d’herbe „Paspulum“, qui peut être aspergée d’eau. Le règlement est sur l’handicap des joueurs strict: 33 pour les hommes et 36 pour les femmes.

Un groupe de 14.000 habitants transmet avec passion les traditions de la belle ville de Pollenca. Plus d’une douzaine de galeries se sont implantées dans cette ville qui a son propre dialecte. Les ruelles et les escaliers qui s’enchevêtrent datent encore de la domination arabe. Après l’expulsion de ces derniers, ce sont les templiers qui ont fondé en 1236 l’église principale „Nostra Senyora del Angels“. Du côté latéral de l’église repose encore l’ancien palais des templiers, le nom de la rue „Carrer Temple“ faisant référence à cet ordre mystérieux. Les maisons du village, construites entre le 17ème et le 19ème, sont faites de pierre de carrière et sont tantôt rougeâtres tantôt ocrées. Inspirées du modèle italien, elles sont un plaisir pour les yeux! Si vous voulez vous rendre sur les traces des Romains, suivez les panneaux qui mènent au „Pont Roma“, un peu en dehors de la ville. Un seul pont au-dessus du Torrent de Sant Jordi a survécu à l’occupation romaine.

5) Vivre une bataille de pirates

„Moros a terra“-„ Les Maures à terre“, crie de toutes ses forces un Juan Mas horrifié depuis son balcon. La foule rassemblée autour de l’emblême de la ville, „La Font del Gall“, tremble. C’est par ce cri que commence tous le ans le 2 août autour de 19 heures le spectacle „Moros i Cristians“. Il y est reconstitué la bataille historique de 1550 contre le l’amiral turc Dragut. Les habitants de Pollenca combattent dans de longs habits blancs, l’attaque ayant eu lieu la nuit. Ils fêteront allègrement leur victoire jusqu’aux premières heures du matin. A la place du sang, c’est le mesclat, schnaps traditionnel majorquin, qui coule à flots. A minuit, on allume un grand feu-d’artifice.

6) Se familiariser avec le côté mystique de Majorque
Si vous passez vos vacances de Pâques à Majorque, vous devez absolument le Vendredi Saint assister à la procession de descente de croix au Mont du Calvaire (Puig de Calvari). Dans la soirée sont allumées toutes les lampes à l’huile qui longent les 365 marches conduisant au sommet. A la cime se trouve un gigantesque crucifix, gardé par deux Romains déguisés. A 170 mètres d’altitude, vous pouvez de plus profiter d’une vue sur la ville et baie de Pollenca. C’est à la tombée de la nuit que la procession se met en marche: torches et lanternes forment alors un océan de lumières. La procession est menée par des pénitents cagoulés coiffés de chapeaux pointus (Nazaros). La statue du Christ, enveloppée dans une guimpe noire, est portée jusque dans l’église „Nostra Senyora dels Angels“. La communauté y célèbre par la suite la messe de minuit. Très impressionnant est également la procession de la Fête-Dieu au mois de juin. Deux jeunes filles vêtues de blanc (aguiles), parées par les habitants des bijoux les plus précieux, dansent devant l’autel. Elles portent à la taille un aigle en carton, emblème des tisserands. C’étaient ces derniers qui organisaient au Moyen-Âge la procession.

7) Se promener à travers un paradis naturel désert
Des falaises tout droit sorties de la mer, des bois ombragés de chênes verts, de traditionnels oliviers: le massif montagnieux la Serra de Tramuntana offre un idyllique et grandiose panorama. De Pollenca il est fortement conseillé d’aller visiter le monastère de Puig Maria (environ trente minutes) et les ruines du château „Castell del Rei“. Depuis le port de Pollenca part un sentier menant au „Mirador d’Es Colomer“ en passant par le Boquer-Tal (randonnée d’environ deux heures, départ à la fin de la localité, côté Est). Vous pouvez également entreprendre le circuit de marche sur la presqu’île de Sa Victoria. Unique est le parc naturel „S’Albufera“ à la baie de Alcudia: avec ses 1700 hectares, c’est la plus grande zone humide des Baléares. Quelque 200 espèces d’oiseaux y vivent, environ 10.000 oiseaux migrateurs d’Afrique et d’Europe du Nord y font halte. S’y ajoute une multitude d’amphibien, anguille, libellule et de splendides orchidées des marais. Depuis les sentiers aménagés pour cyclistes et randonneurs, vous bénéficiez d’une vue privilégiée sur l’espace de vie des animaux (entrée au pont „Pont dels Anglesos“). Dans le centre d’informations et de protection de l’environnement, vous pouvez obtenir brochures, carte du domaine ou jumelles (avec des frais de location).

8) Découvrir les vestiges romains et arabes
„Al-Kudia“ signifie en arabe „la colline“. C’est en effet sur une colline que les Maures ont érigé en 903 la capitale de l’île. Cette ville de province porte toujours son nom arabe, seule l’orthographe a changé:“Alcudia“. Ce sont désormais 6000 habitants qu’abritent les imposants remparts du Moyen-Âge. C’est Jaume II qui commanda les murailles en 1298, la dernière pierre sera posée sous Philip IV en 1660. C’est la colonie romaine abandonnée Pollentia qui serva de ressource pour les pierres (tout comme les Arabes en leur temps). Toutes les pierres n’ont cependant pas disparu avec les siècles: bien qu’il ne reste que quelques piliers et murs de fondation de la Casa de la Portella, Pollentia demeure le premier site de vestiges romains de l’île. Du plus petit amphithéâtre d’Espagne, le théâtre Roma, n’ont également été que préservées les fondations. Pour mieux vous représenter cette période, „Museu Monografic de Pollentia“propose une reconstitution de la ville à l’époque romaine.

9) Se laisser emporter par les
Le festival de musique de Pollenca, qui se déroule de juin à septembre, jouit dans le monde de la musique d’un rayonnement international. C’est dans un lieu de grande classe, l’ancien couvent des dominicains, datant du début de la période baroque, que le festivale a lieu. Les virtuoses jouent essentiellement dans la cour intérieure du „Claustre del Convent Santo Domingo“. La marraine du festival n’est qu’autre la reine Sofia d’Espagne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *